AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Libertinage & mondanités } LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Libertinage & mondanités } LIBRE   Sam 19 Fév - 14:36

Nous étions enfin le vendredi 19. Ce jour tant attendu par Lucrèce et la moitié des mondains de Paris. En cette glaciale soirée de février, le tout -Paris n'attendait qu'une chose : que les portes de l'hôtel de Gailly s'ouvrent. Pendant plus de trois semaines, on n'avait parlé que de cela. Les invitations arrivaient par régiments chez les plus célèbres particuliers. Mais pour Lys, il s'agissait plus de fêter son entrée dans la Cour, dont de nombreux représentants seraient sans aucun doute présents. Certains roturiers, triés sur le volet, seraient également présents. Lys avait également des relations dans le "petit peuple", qu'elle ne voulait en aucun cas discriminer. Et ce soir, tous devraient se mélanger.

Assise devant le miroir de sa coiffeuse, la comtesse de Gailly choisissait ses bijoux. Autour d'elle, trois femmes de chambre s'affairaient, préparant robe, bas et chaussures. Une quatrième coiffait Lys, piquant dans ses cheveux maints perles et rubans. Elle voulait être la plus belle, ce soir; briller par son éclat, mais également par son intelligence. Car Lucrèce de Gailly était loin d'être stupide. Elevée dans un couvent, elle avait étudié et beaucoup lu, se forgeant elle-même une culture dont elle n'était pas peu fière.

Se levant avec grâce, elle chaussa des souliers roses aux boucles d’argent et passa corset, jupon à cerceaux puis enfin la robe. Lorsque les domestiques eurent fini de fixer les engageantes et de lisser les plis de tissu, Lys s’avança vers son miroir en pied et se dévisagea, de la tête au pied, quêtant tout défaut. Sa robe rose, au décolleté rond, était étagée d’organza et de satin. Le manteau de robe révélait un jupon aux motifs brodés d’or, sur fond blanc. Les engageantes de dentelle tombaient élégamment, couvrant à peine le poignet de la comtesse. A ses oreilles, Lucrèce avait accroché de simples perles, présent d’un amant éconduit. Quelque peu de rouge sur les lèvres et d’ombres sur les paupières et le tour était joué. Lys n’affectionnait pas la mode des mouches, trouvant cela particulièrement laid.

La demoiselle fit un clin d'oeil à ses domestiques qui sourirent avant de se retirer pour aller clore les préparatifs de la soirée. Lys, dont les yeux bleu turquoise ressortaient sur son visage pâle, descendit avec élégance l'escalier de marbre qui conduisait à la plus grande salle de l'hôtel, où se tiendrait la réception. Les domestiques allumaient les derniers chanceliers et l'orchestre engagé pour la soirée prenait place. Dans les étages, les nombreux lits avaient été faits et les pièces aérées, pour faire entrer les senteurs florales provenant du jardin. Tout était parfait. Tout serait parfait.

La pendule du salon sonna dix-huit heures. Les premiers invités n'allaient pas tarder à arriver. Justement, un coup résonna contre la porte d'entrée. Lys se plaça dans l'entrée et fit un geste au portier. Son visage s'illuminant d'un sourire et d'une joie non dissimulée, Lys s'apprêtait à entrer dans la société.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Libertinage & mondanités } LIBRE   Mar 29 Mar - 15:34

Juliette avait entendue parler de cette comtesse de Grailly. Des amies des salons mondains où elle avait ses habitudes lui avait décrites la comtesse. Juliette avait envie de la connaître. Elle se plongea avec délicatesse dans un bain dans laquelle une femme de chambre mit une essence au jasmin. Elle sorit et s'enveloppa d'un grand drap de bain. Ses servantes lui apportèrent ses habits. Elle choisit des bas brodé sur la cheville, une chemise blanche, et une jolie toilette composée d'une jupe orangée, un bustier de la même couleur que la jupe avec des broderies ors,fushias,oranges,vertes et jaune. Avec elle choisit des pendants d'oreilles, un collier et un bracelet en o inscrustés de petites émeraude. Juliette avait envie de briller! Sa camériste lui boucle les cheveux et planta dedans des petites fleurs de soie oranges,jaunes et fushias. Elle se poudra le visage, mit du fard à joue et à lèvres puis enfila des jolis gants orangés avec des rubans fushia et jaunes. Tout était assortit. Elle descendit les degrès et alla dans les cuisines où elle donna les ordres pour la journée. En attendant que le carosse soit prêt elle s'installa délicatement dans le petit salon. Ses deux dames de compagnie et amies arrivèrent bientôt toutes deux habillées avec goût mais avec moins de fastes. Juliette leur avait fait la chasse. Adélaïde et Marie-Anne était toute dux jeune et jolies et Juliette voulait imposé sa supériorité. Enfin elle monta dans le carosse. Elle s'assoupis puis quand elle se réveilla elle était evnt chez la comtesse. Elle sonna. Rapidemant on vint lui ouvrir. On la débarrassa de sa mante et elle pacienta dans le hall impatiente de rencontrer la comtesse.
Revenir en haut Aller en bas
 

Libertinage & mondanités } LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❝GOD.SAVES.VERSAILLES❞ :: Hotel particulier de Lucrèce Marie de Gailly-